Evènements

MSDays de Rennes : HTML5 se fait toujours attendre !

Publié le : Auteur: William BAKOUMA Laisser un commentaire
evenement

Chaque éditeur a sa propre vision de ce qu’est cette nouvelle version du HTML. Il faut dire que HTML5 est avant tout une évolution du langage lui-même avec le support de nouvelles balises (section, article, aside, footer…) et un ensemble d’API qui enrichissent le langage (javascript, CSS et bien d’autres).

Le W3C fournit cependant des spécifications minimales pour qu’un navigateur soit compatible HTML5 : Support de la balise Video, Support de CSS3, Support de SVG (Scalable Vector Graphic), Support de la balise Canvas.

Technologie prometteuse dont les spécifications sont encore en cours de validation par le W3C. Elle devrait nous permettre de nous passer de plugins dans nos navigateurs pour bénéficier d’un rendu graphique fortement amélioré, intégrant le multimédia et des animations. Des initiatives comme « Le plus grand Pac-Man du monde », « svg girl » ou le nouveau site de lancome.fr montrent que la technologie est prête.

Mais alors, qu’attendons-nous pour passer au HTML5 ?

On peut déjà citer la pauvreté au niveau des outils de développement. Aucun outil disponible actuellement ne propose le support complet de HTML5. Des annonces sont faites ici et là, pour les versions futures des outils actuels, et de nouveaux outils vont faire leur apparition. Il paraît donc hasardeux de se lancer dans cette technologie sans avoir les outils adéquats. La pauvreté des outils est telle que le réalisateur de lancome.fr a décuplé sa charge de développement pour produire quelques pages d’un site qui, au final, n’est supporté que par un seul navigateur (IE9).

De là découle le second handicap de cette technologie : le support inégal de HTML5 par les versions actuelles des navigateurs, dû essentiellement à l’absence de spécifications. Microsoft, avec IE9 a une longueur d’avance sur ses concurrents, par rapport aux spécifications W3C. Mais son taux de pénétration, bien qu’en progression, n’est pas suffisant.

Ce qui bloque la pénétration de IE9, mis à part une concurrence très active (en particulier Chrome et Firefox), et qui fait dire « il faut tuer IE6 » (sic) c’est que cette version d’IE est encore largement présente, surtout dans le monde de l’entreprise, et que la question du basculement vers IE9 est liée au changement d’OS (XP, WIN7). La deuxième raison du fort taux de présence d’IE6 sur le web est beaucoup plus insolite. En effet, on note que 30% de présence d’IE6 sur la toile provient de la chine. C’est le pays qui compte le plus de malfaçons d’OS XP qui ne dispose pas des dernières mises à jour (IE7, IE8).

En attendant la dernière release de HTML5, tous les éditeurs sont au travail pour passer la batterie de tests unitaires préparée par… Microsoft. Le support complet de HTML5 est annoncé pour 2014 pour tous les navigateurs. Les dernières versions des navigateurs offrent déjà un bon support de HTML5. Il est donc déjà possible de faire du HTML5 soit pour se former, soit pour répondre à des besoins spécifiques, selon une approche progressive ou une approche par dégradation.

L’approche progressive consiste à n’utiliser que les nouvelles balises ou les instructions CSS3 et autres autres APIs correctement supportées par les navigateurs cibles, alors qu’en mode dégradé, l’idée est de fournir des rendus différents selon le niveau du navigateur. Par exemple, les angles arrondis natifs seront présents ou non selon le navigateur. Dans ce scenario, la librairie modernizer peut aider à cibler de manière fine les capacités de chaque navigateur avec des efforts de développement réduits.