Architecture

Quand urbanisation rime avec méthode…

Publié le : Auteur: François KAYSER Laisser un commentaire
architecture

 

Le concept d’urbanisation de SI est très porteur depuis quelques années. Grands groupes comme PME sont concernés pour avoir souvent construit leur SI de manière empirique suivant les aléas de la stratégie d’entreprise (rachat, fusion, repositionnement métier…).

Une étude d’urbanisation vise à identifier des axes d’amélioration du SI pour le réconcilier avec l’activité humaine de l’entreprise, pour qu’il retrouve son rôle de facilitateur du métier, et surtout pour qu’il retrouve sa capacité à évoluer.

L’urbanisation ne se résume pas à un empilement de bonnes idées apportées par un auditeur externe, car il ne faut pas perdre de vue que derrière les aspects techniques, la réussite d’un tel chantier repose avant tout sur la méthode !

Sans quoi, le client fera toujours les conclusions suivantes :

  • Les axes d’amélioration identifiés sont trop nombreux et mal priorisés.
  • Ils ne tiennent pas compte de mes contraintes.
  • On ne sait pas par où commencer !
  • Je n’aurai jamais le budget pour faire tout ça !
  • Je ne sais pas quel ROI attendre et à quelle échéance.

Certains rapports d’études resteront alors sans lendemain faute d’avoir su établir une feuille de route cohérente vis à vis du contexte et défendable factuellement auprès de décideurs financiers.

C’est en ayant cet objectif en tête dès le démarrage de l’étude que l’on donne tout son sens à la démarche d’urbanisation.
Chaque axe d’amélioration identifié doit faire l’objet d’une analyse de la Valeur à mener conjointement avec le client. C’est cette valeur qui permet de fixer les priorités, d’identifier les ROI, et qui motive in fine le déclenchement ou non de travaux.

Voici un exemple concret : Dans un SI peu urbanisé, en matière d’intéropérabilité il y aurait dans l’absolu des dizaines de flux à mettre en oeuvre, à normaliser et à faire transiter par un ESB. Le coût et le délai de mise en œuvre serait néanmoins rédhibitoire si on avait l’ambition de tout faire.

L’analyse de la Valeur doit permettre :

  • de privilégier les flux métiers critiques, ainsi que les flux inter-entreprises
  • de se concentrer sur les activités à haute valeur ajoutée ainsi que sur celles qui sont actuellement pénalisées
  • d’identifier les « déserts » technologiques
  • d’intégrer dans la réflexion les roadmaps du client et de ses fournisseurs.

Cette approche méthodique et pragmatique permet de voir rapidement s’enclencher les premiers travaux et elle permet surtout de garantir au client que chaque chantier lancé aboutisse à des résultats mesurables.

Chez Anteo Consulting, c’est cette approche que nous privilégions lorsque nous accompagnons nos clients dans leurs projets de modernisation.