Usages

Série « R.O.I & Productivité » – 3ème partie : Le facteur « Task Focus Interest »

Publié le : Auteur: ybarrault 2 commentaires
usages

Suite à nos premiers articles sur la productivité (les facteurs néfactes à la productivité, l’évolution des outils et des IDE de développement), nous vous proposons de revenir sur un facteur de productivité qui a donné lieu au concept de « Task Focus Interface ». Imaginé et mise en œuvre par Mik Kersten via l’outil Mylyn pour répondre à la problématique de focalisation/concentration. Mais avant de parler de l’outil, revenons sur le concept et son origine.

« Task Focus Interest » un facteur de productivité
« Task Focus Interest » un facteur de productivité

La « Task Focus Interface » est un nouveau type d’interface focalisé non pas sur les fichiers, les répertoires ou toute autre vue intégrée à l’IDE mais avant tout sur la tâche en cours comme unité principale d’interaction avec l’utilisateur et son contexte (fichiers liés, historique, liens internet associés…).

Ce concept a été inventé par Mik Kersten qui a étudié pendant son PhD à l’université de Columbia les activités et la productivité des dévelopeurs. Après plusieurs mois d’observation passive auprès d’une population de dévoloppeurs, Mik Kersten a effectué deux constats éloquents :

  • Plus le projet est important et les outils nombreux, plus nous passons de temps à rechercher une information, naviguer dans des arborescences de fichiers ou encore passer d’une fenêtre à l’autre. Pire, nous y passons beaucoup plus de temps qu’à produire !!!
  • Les outils sont très adaptés à notre mémoire « sémantique » mais pas du tout à notre mémoire « contextuelle ». Les hiérarchies, arborescences d’information sont certes très importantes et nous permettent, dans le temps, de retrouver l’information… mais pas son contexte : qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, pourquoi ? Ces fameuses questions que l’on se pose lorsque l’on corrige un bug ou bien lorsque l’on retourne à une tâche mise provisoirement de côté.

Agir sur ces problèmes est donc un facteur potentiel d’augmentation de la productivité.

Pour répondre au premier problème (recherche d’information), la solution élaborée par Mik Kersten porte donc sur l’attention que l’on accorde à une tâche (focalisation/concentration) et le degré d’intérêt pour chaque information disponible (concept de « Degree Of Interest » en anglais), qui dépend essentiellement du lien entre la tâche et le contenu de l’information. Au lieu de montrer les hiérarchies entières d’information (le répertoire de votre projet ou votre répertoire de travail), l’interface ne montre que les éléments liés à la tâche et à son contexte.

L’outil permet donc de n’afficher que les éléments liés à la tâche en cours, tel un filtre qui n’affiche que les informations pertinentes afin de vous faciliter le travail. Cela répond à la problématique de surcharge d’informations dans lesquelles nous sommes souvent empêtrés.

Concernant le deuxième problème (présentation du contexte), l’idée a emmergé de la comparaison de la mémoire du cerveau humain avec celle d’un ordinateur. En effet, l’ordinateur stocke une quantité importante d’informations, structurées et hiérarchisées sur son disque. Il en va de même pour la mémoire « sémantique » de notre cerveau. A contrario, notre mémoire « episodic » stocke toutes les informations liées au contexte, l’historique des faits de même que la mémoire « page cache » de l’ordinateur.

L’outil permet donc de retrouver le contexte lié à la tâche en cours (historique des versions…). Son interface est composée d’un mécanisme qui permet à l’utilisateur de spécifier la tâche en cours, d’ajouter des éléments à son contexte, de basculer d’une tâche à l’autre et de retrouver automatiquement le contexte associé (fichiers ouverts, historique des  modifications…) et enfin de partager ce contexte avec un collègue.

Comparatif de la mémoire humaine avec celle d’un ordinateur
Comparatif de la mémoire humaine avec celle d’un ordinateur

Le concept de « Task Focus Interface », tel que le nomme Mik Kersten, répond donc à ces deux problématiques. Mais alors à quoi ressemble cette solution ? Ce sera l’objet du prochain article.

A suivre…

  • On en a l’eau à la bouche 🙂 J’entrevois une fonctionnalité intéressante à implémenter dans un gestionnaire de tâches

  • Tom

    Pti bug dans le schema « comparatif de la memoire humaine… » entre les 2 screenshot. Il me semble que semantique et episodique ont ete inverses. Ou alors j ai rien compris 😉

    En tt cas c est du bon boulot jusque la. J ai hate de voir la suite!