Architecture

The Forrester Wave™: Enterprise Service Bus, Q2 2011 (An Antéo digest)

Publié le : Auteur: Anteo Consulting Laisser un commentaire
architecture

Toujours à la recherche de la meilleure façon de mettre en œuvre un SOA d’entreprise, nous nous sommes récemment intéressés au dernier report du Forrester Research sur les bus ESB.

En théorie, l’ESB est le support d’architecture idéal pour déployer une architecture SOA, ses aptitudes concernent en effet :

  • l’intégration de services par l’intermédiaire des possibilités de routage, de transformation, d’agrégation, de messaging, de synchronisation transactionnelle et de sécurité
  • l’orchestration (lightweight) de services pour pouvoir les arranger en « business process » au grès des impératifs métier
  • la qualité de service assurée par la supervision, la traçabilité, la garantie d’exécution et la possibilité de reprise.

Premier constat, l’ESB sert avant tout d’aiguilleur et de relayeur de flux de données au sein du SI et seulement dans une moindre mesure à la mise en œuvre d’une politique SOA.

Raisons d'implanter un ESB

A l’image de son ancêtre l’EAI, notre ESB 2011 reste donc essentiellement cantonné à des rôles d’infrastructure SI, avec un impact modéré sur l’architecture logicielle d’entreprise (l’approche services) pour seulement 1/3 des cas.

Faut-il voir ce constat comme un découplage complet entre SOA et ESB, ou au contraire comme un indice de progression propre à la pénétration du SOA au sein des SI ? Rappelons en effet que l’on peut toujours déployer des services sans ESB et qu’inversement, un ESB fait autre chose que de la publication de services. Le rapport note cependant que l’ESB continue à servir de plus en plus comme support fondamental et important au SOA.

Et le rapport de suggérer une démarche communément pratiquée : commencer avec une solution bas-coût pour évaluer l’implémentation d’une solution SOA/ESB au sein du SI, puis migrer vers une solution commerciale – éventuellement plus robuste – à mesure que les besoins s’accroissent.

On en arrive donc au second constat, avec une présence des solutions open source tenant un rôle conséquent à côté des grands acteurs du domaine. Les solutions évaluées concernent :

  • les grands acteurs du domaine logiciel : IBM et ORACLE
  • les pure players : Tibco, Software AG, Progress Software
  • les solutions open source sortant du lot : Red hat, Fuse source, Mulesoft et  WSO2.
Comparatif des capacités ESB : les open source tiennent la dragée haute

Une analyse des capacités de certains de ces challengers révèle les forces et faiblesses des solutions en regard de l’intérêt de l’ESB pour équiper le SI.

Si l’on considère les points de vue importants pour le SOA que sont l’architecture, le contrôle (aspect développement) et l’orchestration, Fuse ESB sort nettement du lot parmi les solutions open source, une information précieuse dans le choix de la plateforme de démarrage.

Dans l’éco-environnement du SI, l’équipe Antéo rappelle cependant que le choix de technologies et d’outils n’est pas suffisant ; l’orchestration organisationnelle s’impose en effet pour accompagner le changement et déployer une méthodologie effective auprès des projets. Dans ce contexte, la bonne adéquation entre les pratiques, les outils et la méthodologie doit rentrer en ligne de compte, nous vous ferons part de nos retours d’expérience dans un prochain billet (à suivre…).