Agile Tour Nantes 2011 – Compte rendu

Jeudi 13 octobre l'Agile Tour s'est arrêté à l'Ecole des Mines de Nantes. Trois threads de conférences et d'ateliers étaient animés par des intervenants plutôt expérimentés. L'occasion d'apprendre ou de se perfectionner sur les méthodes agiles qui rendent nos projets et nos équipes meilleurs… En voici un bref aperçu.

L'humain au cœur des débats

La Keynote, présentée par Rémy Génin, était une excellente introduction aux bienfaits de l'agilité. Son propos était illustré par des anecdotes issues de 10 ans d'expérience chez Orange.
Deux points de vue s'opposent :

  • On considère que l'humain est un facteur risque : on mécanise les process, on robotise les personnes. Le résultat est la frustration, la démotivation, le sentiment d'être un pion.
  • On considère que l'humain est un facteur clé : on implique les personnes, en les faisant participer, en leur demandant leur avis. On ne travaille pas pour quelque chose (le système) mais pour quelqu'un (l'utilisateur final).

Les éléments efficaces de l'agilité :

  • Petite équipe sans hiérarchie
  • Proximité maximale
  • Rythme durable (au sens soutenable) pour travailler bien et longtemps
  • Droit à l'erreur dans une estimation, sans sanction (pour conserver la confiance et éviter ensuite les sur-estimations)
  • Avancement visible (burndown chart) donc motivant

L'entraide, la communication, le respect au sein d'une équipe sont essentiels. Tout le monde est impliqué. Le travail accompli est de qualité, ce qui valorise chacun et crée de la confiance.
Enfin Rémy conclut en proposant un nouveau concept : passer de la 2G (gagnant-gagnant entre client et fournisseur) à la 3G : gagnant-gagnant-gagnant entre client, fournisseur et
salarié !

Agile en mode forfait

La conférence ScrumBut, plutôt attendue, était animée par Bernard Pinel, directeur technique chez Ippon Technologies (qui offre d'ailleurs un joli poster Scrum ici : http://blog.ippon.fr/posterscrum/).
Je m'attarde ici sur les éléments communiqués concernant la conciliation agile et forfait.
Un projet au forfait sera éligible à Scrum avec les critères suivants :

  • Coopération forte du client. Il accepte le changement et il est disponible.
  • Périmètre fonctionnel clair avec priorisation des besoins.
  • Équipe petite à moyenne (de 3 à 7). Les ressources sont affectées à temps plein avec un ScrumMaster dédié.
  • Prise de décision rapide. Le ScrumMaster peut être amené à prendre la casquette de Product Owner si les décisions tardent.
  • Délai minimum de 10 semaines (entre 3 et 7 sprints). Au delà de 7 sprints, on constate que l'équipe a tendance à s'essouffler. Inversement il est intéressant de noter qu'un projet trop court rend la vélocité non applicable.
  • Contractualisation adéquate. Le forfait est fixé en délai et en budget. Le périmètre fonctionnel devra donc être évolutif. Une clause "Change for free" pourra figurer au contrat permettant le remplacement d'une fonctionnalité par une autre de complexité équivalente. Autre élément : seul le livrable final (au terme de la release) est contractuel, les livrables intermédiaires (au terme de chaque sprint) ne le sont pas.

Les particularités des sprints forfaitaires sont :

  • Sprint 0 obligatoire :
    • Constitution, valorisation et priorisation du backlog
    • Mise en place de l'environnement de développement
    • Formation de l'équipe à l'approche méthodologique et aux outils
    • Définition d'éléments d'architecture
    • Production de livrables contractuels
  • Sprint de réalisation :
    • Scrum meeting et auto-affectation des tâches
    • Tests unitaires et description des tests fonctionnels
    • Démonstration systématique en fin de sprint
    • Pas de mise en production
  • Sprint final de recette (release sprint) :
    • Finalisation des tests fonctionnels usine
    • Support à la recette client

Concernant l'outillage projet, on retiendra plusieurs solutions :

  • Propriétaire : le couple Jira + Greenhopper de l'éditeur Atlassian (recommandé par Ippon)
  • Open Source : le populaire iceScrum
  • Open Source : Agilo for trac (utilisé par Ippon)

Concernant l'intégration continue, on utilisera par exemple : SVN + Jenkins + Sonar.

La planification de release

Cette conférence était animée par Patrice Boisieau, coach agile chez Agile Garden.
L'objectif de cette planification est d'identifier le périmètre fonctionnel réalisable par l'équipe dans un temps imparti. L'équipe projet et le client participent à cette réunion qui dure généralement une journée.
Si la vélocité de l'équipe n'est pas connue, il est conseillé de faire 2 sprints avant de procéder à cette planification.
Son déroulement se fait entre 3 étapes :

  1. La story map : il s'agit de classer les stories du backlog par thème et par priorité (valeur métier de 0 à 1000 par exemple). Le système de priorisation MuSCoW peut aussi être employé : Must (incontournable), Should (important), Could (confort) ou Won't (superflue).
  2. Le planning poker : il s'agit de déterminer collectivement la complexité des stories. On procède par vote en attribuant une complexité déterminée par comparaison des stories entre elles (valeurs généralement admises : 0, ½, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 20, 40, 100, ?). A titre d'exemple, la durée de cette étape est estimée à 3h30 pour 80 stories.
  3. Le plan d'itérations : il s'agit de répartir les stories dans chaque sprint en fonction de leur priorité et de leur complexité. On utilise la vélocité (supposée ou connue) pour remplir un sprint. A titre d'exemple, pour une vélocité de 50 points, on pourra attribuer 34 points aux user stories, 8 points aux stories techniques et 8 points aux bugs.

Le bénéfice de cette planification est évident : la feuille de route est claire (au risque de découvrir que l'objectif est inatteignable).
Un mot sur l'outillage : alors qu'un logiciel est plutôt utile (référentiel commun, équipes délocalisées, indicateurs, reporting...), les Post-it restent incontournables pour leur aspect visuel et pratique. De plus, ils indiquent l'avancement en clin d'œil.

Note : D'après Claude Aubry, on utilisera les Post-it pour le plan de sprint (tableau des tâches mural) et un outil (iceScrum par exemple) pour tout le reste.

Spécifications… orales

Cet atelier démontre plusieurs principes du Manifeste agile : collaboration avec le client et communication en face à face.

  • Cas 1 : Une personne (le client) décrit une figure complexe par écrit (10 mn). Les autres (les développeurs) font autre chose. Puis les développeurs reproduisent la figure à l'aide des spécifications écrites sans intervention du client (10 mn).
  • Cas 2 : Le client et les développeurs travaillent ensemble. Le client décrit une figure complexe en dialoguant (sans geste ni mime) avec les développeurs qui reproduisent la figure simultanément (10 mn).

Bilan : On constate que les figures reproduites dans le cas 2 sont plus fidèles au modèle que dans le cas 1 (qui a pris 2 fois plus de temps !). En effet dans le cas 1, on interprète les spécifications du client qui est absent (méthode classique). Dans le cas 2, l'échange est instantané avec le client qui est présent, les nombreuses questions sont adressées immédiatement (méthode agile).

Note : La figure complexe est par exemple un grand rectangle (sur une feuille A4) contenant des figures rectilignes (segment, carré, octogone...) et des figures courbes (cercle, spirale, vague...).

Mention spéciale

Voilà, j'ai présenté ici un extrait non représentatif de cette journée. En effet les sujets étaient nombreux et j'attribue une mention spéciale aux conférences passionnantes qui traitaient des aspects psychologique et social du travail en équipe dans les méthodes agiles, notamment :

  • "Scrum, la fabrique de l'engagement" de Thierry Montulé
  • "Ni gladiateurs, ni bisounours, une équipe remarquable au quotidien" de Christophe Thibaut

Des conférences difficiles à résumer en quelques lignes, le mieux étant d'y assister ! Alors surveillez le calendrier, l'Agile Tour passe certainement près de chez vous !

Les slides de cette journée sont visibles en ligne : http://www.agilenantes.org/2011/10/...

Enfin je tiens à remercier chaleureusement toute l'équipe de notre agence Atlantique qui m'a accueilli les bras ouverts. Et particulièrement Sébastien Roul pour sa convivialité et sa disponibilité.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.