Installer une machine virtuelle avec Virtualbox

Ce billet a pour but de vous montrer comment installer et configurer une machine virtuelle avec Ubuntu Server (dans sa dernière version : 13.04 64bit).

Pourquoi Virtualbox au lieu de VMPlayer ? Parce qu'il est plus simple à configurer et beaucoup moins intrusif (à chaque démarrage VMPlayer vous invite à installer l'un ou l'autre plugin) sans compter qu'il est gratuit et entièrement en français.

Pour ce faire, nous aurons besoin de quelques composants :

  1. Le logiciel Oracle Virtualbox dans sa dernière version disponible ici : https://www.virtualbox.org/wiki/Downloads
  2. Ubuntu Server 13.04 disponible ici : http://www.ubuntu.com/download/server (choisissez la version 13.04).

Je pars du principe que vous l'installez depuis Windows.
Suivez les instructions à l'écran.

Vous arrivez dans une interface comme celle-ci :

Cliquez sur nouvelle, écrivez Ubuntu dans le nom puis Linux dans type et enfin Ubuntu 64bit dans la version.

Cliquez sur suivant, choisissez la ram allouée, le réglage minimum est de 512Mo mais je conseille plutôt 1024 pour plus de confort.
A nouveau suivant, et choisissez de créer un nouveau disque virtuel.
Laissez coché VDI (Image Disk Virtualbox) et cliquez sur suivant.
Vous pouvez choisir une taille fixe ou dynamiquement allouée (j'y reviens tout de suite). Cliquez sur dynamiquement allouée.

A l'écran suivant, vous allez choisir la taille de votre disque virtuel, ici mettez 15Go minimum car si vous installez beaucoup de projets, les 8Go par défaut peuvent se révéler rapidement justes.
Vous revenez alors à l'écran de départ avec votre VM prête à démarrer (ici Ubuntu).

Sur nos machines de travail, nous disposons en général d'un core I5 (quad-core) et de 8Go de ram. A partir du menu d'accueil, cliquez sur votre machine et Ubuntu et ensuite sur Configuration.
Vous avez alors la possibilité de modifier quelques options de configuration.
Dans l'onglet Systèmes puis Processeur, réglez le nombre de processeurs sur 2 pour permettre à votre VM d'être un peu plus réactive.

Cliquez sur OK.

A l'écran d'accueil, sélectionnez votre VM, puis cliquez sur démarrer. Là, il vous demande de choisir le disque de démarrage.
Allez jusqu'au répertoire contenant votre image disque d'Ubuntu précédemment téléchargée et cliquez sur ouvrir.

Ensuite, cliquez sur démarrer et laissez faire.

Nous arrivons à l'écran d'installation d'Ubuntu Server. Choisissez français ou tout autre langue en se déplaçant à l'aide des touches du clavier. Je pars du principe que vous avez sélectionné français. Si vous ne le parlez pas, vous n'avez probablement rien compris à ce billet, si ?

A l'écran suivant, choisissez Installer Ubuntu Server. Faites OK sur les popups. Choisissez France puis détecter l'agencement du clavier. Laissez-vous guider par les instructions.
En nom de machine, mettez ce que vous voulez mais gardez bien le nom de côté. Choisissez le nom complet, le nom d'utilisateur et le mot de passe. Inutile de chiffrer son dossier personnel.

Quand vous arrivez à la méthode de partitionnement, choisissez d'utiliser le disque entier. Faites "Entrée" sur le seul disque proposé. Appliquez les changements.

A la fin, l'installation commence.

On vous demandera si vous avez un mandataire HTTP (Proxy), laissez vide sauf si c'est le cas bien entendu !
L'installation continue.
Pour notre usage, vous pouvez choisir d'installer les mises à jour automatiquement.

A l'écran suivant, on arrive à la sélection des logiciels à installer. Sélectionner OpenSSH, LampServer et Samba File Server à minima.

  • Le premier nous permettra de nous connecter à la VM avec un client externe type PuTTY (ou mRemoteNG !).
  • Le second installe Lamp (Linux, Apache2, MySQL et PHP5 - PHP 5.4.9 dans notre cas).
  • Le dernier nous donnera un serveur Samba, pratique pour monter la VM sur notre Windows.

Il vous sera demandé un mot de passe pour le serveur mysql, mettez ce que vous voulez. L'installation se poursuit.
A la fin, il faut choisir d'installer le programme d'amorçage en choisissant oui.
Puis cliquez sur continuer pour terminer l'installation.

La VM redémarre avec notre Ubuntu flambant neuf. Nous arrivons à l'écran de connexion.

Entrez votre nom d'utilisateur puis votre mot de passe.

J'imagine que vous vous connaissez un minimum en Linux. Ubuntu étant basée sur Debian, il utilise le gestionnaire de paquets APT.

Commençons par mettre à jour notre VM en tapant ces commandes. A noter que vous pouvez d'ores et déjà vous y connecter en utilisant votre logiciel de connexion en SSH (puisque nous avons choisi d'installer OpenSSH durant la phase de sélection des logiciels).

sudo apt-get update // Rafraichis la liste des paquets.
sudo apt-get upgrade // Mets à jour les paquets.
sudo apt-get dist-upgrade // Installe les nouveaux noyaux disponibles.

Laissez faire la VM, ça peut prendre un peu de temps selon la connexion et le nombre de paquets à mettre à jour.
Une fois terminé, choisissez Machine dans le menu et Extinction par ACPI.

Maintenant nous allons retourner dans le menu de configuration, dans l'onglet Réseau et passez de NAT à accès par Pont.
Pourquoi ce changement me direz-vous ?

Il faut distinguer le mode NAT (http://fr.wikipedia.org/wiki/Network_address_translation) et le mode pont ou bridge en anglais qui permet de faire un "pont" entre deux connexions.

Dans notre cas, c'est un tout petit différent. Quand la VM démarre en mode NAT, elle émule la carte réseau de la machine hôte en créant une ip locale (à l'intérieur de la VM). En d'autres termes, votre carte réseau est utilisée comme carte réseau interne à la VM. Vous avez une ip qui ressembmle à ça : 10.0.2.15.

Tapez ifconfig // permet de voir les connexions réseau dans un système Unix

Sur le paragraphe eth0, repérez la ligne inet addr, c'est votre IP

10.0.2.15

Il faut bien comprendre que si le mode NAT nous permet d'avoir accès à Internet, il ne nous permet pas d'avoir accès directement à la VM depuis l'hôte (ici Windows 7).

Pour se faire, il faut utiliser l'accès par pont.

En accès par pont, la VM récupère une IP sur notre réseau local (192.168.XXX.XXX) et devient, dès lors, accessible sur notre réseau comme n'importe quelle autre machine.

Ainsi donc :

Après démarrage, en tapant "ifconfig", vous devriez avoir une adresse d'ip locale de votre réseau : 192.168.XXX.XXX.
Il ne nous reste plus qu'à configurer notre partage Samba.

Samba est un service qui permet de partager des dossiers entre un serveur Unix et une machine Windows.
Nous allons configurer Samba sur notre machine virtuelle.

Ouvrez le fichier de configuration de samba smb.conf :

sudo vim /etc/samba/smb.conf // n'importe quel éditeur en ligne de commande fera l'affaire

Allez tout en bas et insérez une nouvelle portion de configuration comme ceci :

[server] // nom du partage, il sera utilisé plus tard sur Windows
comment = Ubuntu Server // description
path = / // ici je choisis de monter "/" qui est la racine d'un système Unix. J'aurai donc accès à l'ensemble des fichiers de ma VM. Mais vous pouvez choisir de monter ce que vous voulez. /var/www pour le document root d'apache2 par exemple.
browseable = yes // peut-on le parcourir ?
read only = no // lecture seule ? Non, bien entendu sinon vous ne pourrez pas écrire dans les fichiers
guest ok = no // on interdit les comptes qui n'existent pas sur la machine

Ecrivez le fichier et quittez (:wq avec vim).

Il faut maintenant ajouter notre utilisateur à Samba.

sudo smbpasswd -a <nom d'utilisateur> // le nom d'utilisateur de votre VM créé lors de l'installation, votre login quoi !

Redémarrez le service Samba pour prendre en compte les modifications :

sudo service smbd restart (ou /etc/init.d/smbd restart pour les plus vieux d'entre nous ;) )

Pour terminer, aller dans "Ordinateur" sur Windows et cliquez sur "Connecter un lecteur réseau"
Choisissez une lettre et taper \\ubuntu dans le dossier (ubuntu ou le nom d'hôte que vous avez choisi à l'installation, les \\ signifiant un chemin réseau sur Windows), puis cliquez sur parcourir.
Votre machine apparait dans le partage réseau, cliquez dessus et le nom du partage défini dans le fichier de configuration apparait.
Il faut ensuite son nom d'utilisateur et son mot de passe Samba (vous pouvez cocher "Mémoriser ces informations").

Cliquez sur Terminer.

Et voilà votre VM partagée sur votre Windows. Vous pouvez commencer à modifier les fichiers !

3 commentaires

  1. Tutoriel efficace pour qui ne maîtrise pas Linux et/ou les réseaux et qui souhaite monter rapidement une machine virtuelle de développement.
    En 30 minutes, ma machine était en place et tout fonctionnait parfaitement. Merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.