La méthode de gestion de projet du PMI

project_management_institute

Afin de mieux saisir le besoin du client et pour l'accompagner dans la réalisation de son projet, de nombreuses méthodes existent, concurrentes ou complémentaires. Celle que je vous propose de découvrir dans cet article est la méthode de gestion de projet du Project Management Institute ou PMI.

I. Présentation

Né en 1969 à Philadelphie, le Project Management Institute (ou PMI) se donne pour objectif de proposer des outils et des standards pour la gestion de projet, quels que soient les domaines d’application, la taille ou la nature des projets. Autour de la publication et de la diffusion de standards, l’activité du PMI comprend des prix, qui sont décernés chaque année, des certifications au nombre de 6, comme les prix elles concernent la gestion de projet et les standards proposés par l’organisme, et des ouvrages, parmi lesquels, le plus connu est le PMBOK. Le PMBOK ou Project Management Body of Knowledge expose la méthodologie du PMI pour la gestion et le suivi des projets. Il propose différents outils et techniques destinés au chef de projet.

Le PMI est une association qui comptait en février 2015, 457 459 membres dans 105 pays à travers le monde. Si le PMI est une association de dimension internationale, son organisation est avant tout locale. Les membres du PMI sont rassemblés en entités appelées chapitres. En 2015, le PMI dénombre 273 chapitres de par le monde. C’est au niveau des chapitres et de leurs subdivisions (les branches) que s’anime la communauté autour d’ateliers, de conférences et d’échanges. En France, on dénombre 4116 membres, ce qui fait de la France un chapitre de premier plan (le nombre de chapitres qui ont dépassé les 4000 membres est de 10 seulement). Les branches du chapitre France sont les suivantes:

  • Alsace

  • Aquitaine

  • Atlantique

  • Auvergne

  • Cote d’Azur

  • Languedoc-Roussillon

  • Midi-Pyrénées

  • Nord de France

  • Paris Ile-de-France

  • Provence

  • Rhône-Alpes

Parmi les sociétés au sein desquelles sont employés des membres du PMI, on retrouve la Société Générale, HP, Orange, Altran, IBM, Alcatel, Airbus ou encore Michelin. Une liste des sociétés qui ont 7 adhérants PMI au moins est disponible en bas de cette page.

II. Une méthode de gestion de projet?

Le PMI définit un projet comme ‘’une action temporaire entreprise dans le but de créer un produit, un service ou un résultat unique’’. Cette définition met en avant la nature intrinsèquement temporaire du projet. Le projet, comme entité qui produit un résultat, n’existe pas indéfiniment, une date de début et une date de fin encadrent un processus plus ou moins long qui doit aboutir sur une production.

La nature de ce résultat est également définie dans cette phrase. L’issue du projet peut être un produit physique ou un service immatériel. Un résultat immatériel peut également être la publication d’un article scientifique ou d’une thèse (dans le cadre de la recherche scientifique).  Puisque la méthode de gestion de  projet du PMI peut s’appliquer à la plupart, sinon tous, les domaines industriels, il est normal que la forme du résultat varie selon l’objectif poursuivi. Cependant, et quelle que soit la manière dont le résultat va se matérialiser, ce dernier sera toujours unique.

Si le résultat du projet est unique, on constate qu’on est généralement amené à répéter un certain nombre d’étapes dans la poursuite de l’objectif fixé. De projet en projet, certaines phases vont inlassablement revenir, recueil puis définition du besoin, planification, contrôle de la qualité, … De même au sein d’un projet, l’équipe va être amenée à répéter certaines étapes de manière itérative, au minimum le suivi et le contrôle de la qualité et de la conformité du produit par rapport à la demande. Dans le cadre d’une gestion du projet en mode agile, la définition du besoin peut également évoluer de manière itérative.

Fort de ce constat, le PMI se présente comme une méthode pour capitaliser ce savoir qui est réemployé d’un projet à l'autre. Cette méthode identifie des processus, organisés en phases et propose des outils et des techniques qui permettent de structurer et de nourrir la gestion du projet à chaque niveau.

Cependant tous les projets ne sont pas les mêmes, et les chefs de projets ne se ressemblent pas forcément dans leur façon d’appréhender les phases du projet. C’est pour cela que le PMI devrait être qualifié de framework plutôt que de méthode, car de la méthode il n’impose pas la rigidité. Le PMI propose une trame et des outils au gestionnaire de projet, libre à lui d’enrichir ou de modifier cette trame selon ses besoins et de choisir dans la boîte à outils ceux qui lui seront utiles. Cependant, si il est moins à l’aise pour une phase du projet, ce qui peut être le cas de chefs de projets qui débutent ou qui se trouvent confrontés à un projet à la forme atypique, le PMI peut retrouver la rigueur d’une méthode et guider la gestion du projet de façon structurée.

Mais le PMI est plus qu’une trame ou qu’un ensemble d’outils à la disposition du chef de projet. Le PMI est une façon de communiquer. En proposant, au travers de sa méthodologie et de lexiques, un vocabulaire commun à tous ceux qui interviennent dans la gestion du projet (MOE, MOA, …) il assure que le message de chacun puisse passer clairement et être perçu de manière audible.

III. Le projet selon le PMI et suivant le PMBOK

Afin d’optimiser la gestion des projets, le PMI propose, selon la taille et les habitudes d’organisation de la société, de regrouper les projets en portfolios ou portefeuilles de projets. Ces portfolios rassemblent des projets, des programmes et des sous-portefeuilles qui sont gérés en commun afin d’atteindre un but stratégique partagé. La notion de programme, complémentaire, vient en renfort du portfolio. Un programme rassemble des projets qui sont gérés de façon coordonnée. Un projet n’a pas forcément besoin d’appartenir à un programme mais il doit toujours s’inscrire dans un portfolio, dans une vision stratégique définie par les dirigeants.

Au sein du projet lui même, le PMBOK distingue 47 processus répartis en 5 groupes de processus. Un processus est un ensemble d’actions liées entre elles dans le but de créer un produit, un service ou un résultat pré-spécifié. Les groupes, au nombre de cinq, rassemblent les processus dans les phases du projet, tels que définis par le PMI. Ces groupes sont les suivants: lancement, planification, réalisation, contrôle et supervision et enfin clôture. Ces phases correspondent à la plupart des projet et se suivent dans l’ordre où elle ont été citées, à l’exception de la phase de contrôle et de supervision qui est transverse et s'exécute tout au long de la réalisation du projet. Les processus, et par extension les groupes de processus, sont interdépendants car les données en sortie d’un processus ou d’un groupe de processus sont utilisées comme point de départ du processus qui suit.

Le chef de projet, au lancement du projet est chargé, avec son équipe et les parties prenantes du projet, de déterminer quels processus sont pertinents pour le projet entreprit. Dans la plupart des projets, les cinq groupes de processus sont représentés.

A la notion de groupe de processus se superpose celle de Knowledge Area. Les knowledge areas regroupent des processus qui accomplissent ensemble une fonction donnée de la gestion de projet, telle que la gestion des parties prenantes, la gestion des ressources humaines ou encore la gestion des risques. La où la notion de groupe de processus met en avant les interactions entre les processus et permet de choisir ceux qui seront pertinents pour le projet, la notion de knowledge area est orientée sur la productions de livrables qui vont compléter ou mettre à jour la documentation du projet. Le PMBOK est structuré par ces 10 knowledge areas qui décrivent l’ensemble des processus, leurs données en entrée et en sortie, les techniques et les outils à mettre en oeuvre, ...

Conclusion

La méthode proposée par le PMI est une méthode parmi d'autres. La force principale de la méthode PMI vient à la fois de son contenu, qui peut être définit comme un ensemble d'outils et de bonnes pratiques mises à la disposition du gestionnaire de projet. Et de sa forme, la méthode se présente comme un framework qui intervient à toutes les étapes du projet, laissant le chef de projet libre de développer plus ou moins les aspects qui lui semblent importants selon sa sensibilité et les spécificités du projet sur lequel il travaille.

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Dans le cadre de gestion de projets au sein de mon entreprise, nous aimerions nous tourner vers une solution type sciforma. Qu’en pensez-vous ?

    Merci de votre aide

  2. Bonjour Maxime,
    Pour répondre à la question,
    Sciforma est un outil, et une plate-forme collaborative pour la gestion de projet très efficace.
    PMBOCK apporte les outils, il est préférable de maîtriser la boîtes à outils du projet.
    Déployer Sciforma c’est automatiser la boîte outils.
    Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.