Réalité Augmentée

Le terme de Réalité Augmentée (RA) désigne les systèmes de perception (visuelle ou autre) qui permettent d'ajouter aux perceptions de l'utilisateur une dimension virtuelle. Le "monde virtuel" représente alors tous les éléments de l'environnement perçu qui sont calculés par ordinateur. L'utilisateur d'un tel système perçoit donc une superposition des deux mondes, réel et virtuel, le tout en temps réel bien-sur.

Sans entrer dans les détails techniques, cet article a pour but de faire un bref tour d'horizon de ce qu'il faut savoir pour se lancer dans une discussion sur la RA au cours d'une soirée de pseudo-geek alcoolisés...

Note : les systèmes permettant la réalité augmentée autre que visuelle étant encore très expérimentaux, la suite de l'article n'en tiens pas compte.

Voyons d'abord quelques termes techniques qui prouveront que vous savez de quoi vous parlez.

Le tracker : c'est le dispositif permettant d'effectuer le tracking, c'est-à-dire la localisation (position + orientation (+focale)) du dispositif de perception (la caméra en général) par rapport à son environnement (ou l'inverse).

Les marqueurs : ce sont les éléments de l'environnement utilisés par le tracker pour la localisation. Ils peuvent être artificiels (dessins facilement identifiables placés avant l'utilisation) ou naturels (lignes droites, coins, formes géométriques simples ou visages) ,c'est à dire ne nécessitant pas de préparation de l'environnement.

Une fois le tracking effectué, ne reste plus qu'a calculer les éléments virtuels visibles à partir de ce point de vu et de les incruster dans l'image réelle. Ces deux dernières étapes étant plutôt connu du commun des développeurs, le gros morceau des applications  de RA est le (ou les) moyen(s) utilisé(s) pour garantir une localisation en temps réel.

En effet, les marqueurs visuels artificiels possèdent le grand avantage de confiner l'utilisateur dans un environnement préparé spécialement pour accueillir des objets virtuels. En revanche, lorsque la préparation est impossible ou trop couteuse, d'autre moyens de localisation doivent être utiliser pour compenser le caractère non-prévisible de l'environnement dit naturel.

Les applications s'exécutant dans un environnement non-préparé utilisent donc les autres capteurs disponibles sur le tracker tels que : le gyroscope, l'accéléromètre, le GPS ou encore la focale de la caméra. Les données renvoyées par ces différents capteurs sont en général combinées aux éléments fournis par la localisation visuelle.

Ainsi, il est maintenant possible de se localiser dans un environnement aussi bien intérieur qu'extérieur, urbain ou rural. Les applications concrètes sont donc de plus en plus étendues, allant du dessin d'une cible autour des visages sur l'écran d'un appareil photo, à l'affichage d'itinéraires directement sur l'image réelle de la route, l'essayage d'habits ou d'accessoires virtuels, sans compter les applications personnalisables qui permettent de définir ses propres points d'intérêt grâce à leurs coordonnées GPS et de les afficher sur l'écran en mode vidéo d'un téléphone portable...

On peut citer :

  • Nearest Tube : Application IPhone permettant de trouver la station de métro la plus proche
  • Wikitude : API de Réalité Augmentée sur Android et IPhone  utilisant le GPS des téléphones mobiles et ses applications Wikitude Drive et Wikitude World Browser.
  • Tagwhat : Application orientée réseau social permettant par exemple de laisser des commentaires aux endroits réels ou l'on est passé.
  • Geoimmo : Application sur Android et IPhone permettant de localiser les biens immobiliers en vente ou en location.
  • Layar et Junaio : Applications sur Android et IPhone permettant de définir des filtres regroupant des points d'intérêts que l'on peut ensuite partager.
  • Et de nombreux autres...

On peut également parler du projet Kinect de Microsoft sur XBox qui permet d'amener un autre défi de taille : l'interaction de l'utilisateur avec le monde virtuel qu'il peut maintenant percevoir. Comme souvent, c'est le jeu vidéo qui essuie les plâtres  et la plupart des applications actuellement disponibles (dont celles citées ci-dessus) ne permettent aucune interactions entre réel et virtuel. La difficulté de évidente étant de définir une sorte de langage des signes interprétable par l'ordinateur. On peut très bien utiliser les mouvements amples du corps tout entier comme les mouvements plus précis des doigts ou du visage, bref, si le projet Kinect a l'air de s'en sortir plutôt bien, on est encore loin de Minority Report...

L'avenir de la Réalité Augmentée reste donc encore à écrire, les technologies embarquées de plus en plus fiables et rapides,  les nouvelles idées d'applications et tout simplement le coté futuriste du principe ne feront sans doute qu'accélérer la vitesse de sa démocratisation.

Un commentaire

  1. Dans la série des applications en RA au niveau jeu, il y a également les jeux qui utilisent le Parrot (http://www.dailymotion.com/video/xbr7ff_parrot-ar-drone-demo-jeux-video-en_videogames). Au niveau application utile (mais dispo que sur Iphone pour l’instant), il y a aussi Word Lens qui permet de traduire en RA du texte, permettant entre autre de traduire des menus de restaurant, des panneaux, …

    Pour ce qui est de la partie interaction avec la Kinect, on s’approche déjà grandement des interfaces à la Minority Report comme on peut le voir dans cette video http://www.youtube.com/watch?v=tlLschoMhuE ou dans celle-ci (sans Kinect mais avec des gants) http://www.youtube.com/watch?v=b6YTQJVzwlI

    Et puis on ne parle pas que de RA en soirée pseudo-geek alcoolisés, on parle également de théorie des cordes, exobiologie, de mythologique elfique ou trollesque, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.