Référentiel agile ou TOGAF version PME

Il y a 10 ans de cela, lorsque je faisais du consulting chez Air-France, il y avait un projet correspondant à un référentiel unique et central : le référentiel passager.

Aujourd'hui, Air-France-KLM est l'exemple école des bonnes pratiques d'urbanisme.

Il parait donc intéressant de retenir l'intérêt du référentiel métier, représentant l'un des objets métier clé de l'entreprise.

En effet, le référentiel passager a vécu toutes les révolutions technologiques et il facilite l'intégrité et la synchronisation des données d'entreprise stratégiques. Il s'inscrit comme bonne pratique d'urbanisation et il simplifie sur les  couches d'architecture TOGAF, les schémas de dépendances et d'échanges d'information.

Auprès de structures SI, plus modestes que celle d'Air-France-KLM, je ne manque pas de suggérer et d'accompagner la mise en œuvre d'un référentiel métier. Je vous livre ici quelques règles d'usage à respecter ainsi que l'opportunité d'en faire une brique agile au sein d'une architecture applicative multi-facettes.

  • le référentiel représente un objet métier de l'entreprise
  • en véritable asset stratégique, les données qu'il héberge représente une valeur inestimable pour l'entreprise
  • il garantit l'exécution des règles métier le concernant et assure ainsi la qualité de ses données
  • il possède un périmètre bien défini et communique par le biais de services connus et publiés
  • ses dépendances sont connus et son évolution implique des impacts minimaux (couplage lâche)
  • son interface est gérée en configuration et plusieurs versions différentes peuvent coexister au sein du même système.

Le référentiel métier devient ainsi une brique malléable du SI qui confère agilité et résilience. Son existence simplifie la cartographie et la gestion globale du SI, mais il doit pour cela éviter l'obésité en concentrant trop de données et trop de responsabilités.

Afin de parfaire la proposition d'agilité qu'il représente, l'objet métier peut également faire l'objet d'une industrialisation MDA. En effet, il y a souvent peu de valeur ajoutée entre les schémas logiques de données, les règles métier et leur mise en œuvre sur architecture multi-couches. Dans ce cadre, la génération de code et de documentation constitue fréquemment une bonne opportunité d'accélérer le passage du concept à la réalité et de fluidifier le travail d'interfaçage.

En soit, le référentiel métier industrialisé par MDA constitue une bonne pratique d'urbanisme et d'architecture agile; un moyen simple et rapide pour une PME d'aligner rapidement son SI sur ses processus clé et de bénéficier d'un avantage compétitif par la réactivité de son SI et de ses pratiques.

Un commentaire

  1. Aujourd’hui il existe aussi des outils, très abordables pour des PME, et qui sont basés sur le langage ArchiMate qui a été spécialement créé pour supporter des référentiels tels que TOGAF.
    Bien Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.