Retour sur la réunion du NANTES JUG du 12 mars 2009

glassfish

Un petit résumé de la soirée du Nantes JUG, où on a eu l'honneur de recevoir
Alexis Moussine-Pouchkine membre de la GlassFishTeam de chez Sun qui nous a présenté les nouveautés de la plateforme Java Enterprise Edition 6 (JavaEE 6) sur GlassFish v3.

C'est la première fois qu'on était aussi nombreux au JUG nantais, plus de 45 personnes étaient présentes.
Sébastien, présent à l'anniversaire du JUG de Paris, nous apprend qu'on est maintenant 9 JUG en France, et le nouveau né s'appelle le Ch'Ti JUG 😉
On leur souhaite bien évidemment la bienvenue et un développement prospère au sein de la communauté.

Alexis nous explique que Glassfish est un serveur d'application open source qui est basé à l'origine sur Tomcat, mais son Listener a été entièrement réécrit avec Grizzly.
Le projet débute en 2005, la première version sort en mai 2006 pour java One, la V2 sort en septembre 2007, c'est une véritable avancée car le clustering
et les web services sont gérés.

Actuellement la V3 est en cours de développement, elle est prévue pour cet automne en même temps que Java EE 6.
Glassfish c'est plus de 450 000 utilisateurs par mois, 4 millions de téléchargements.
Des clients importants ont déjà adopté Glassfish, on peut citer entre autres : la SNCF, Auchan, RTL, Carrefour, Boeing, Nokia Siemens et bien d'autres.

Glassfish possède plusieurs sous-projets :

  • Metro (partie WebService)
  • Shoal (Clustering)
  • Administration and monitoring tools
  • Performance
  • Tooling (Netbeans, Eclipse)

Il possède aussi une vue en readonly pour les serveurs en production : Glassfish performance Monitor 1.0 qui permet une vision en production et de tunning.
GlassFish V3 prélude: Conteneur Web avec aspect modulaire.

L'un des points forts de Glassfish est son temps de démarrage ultra rapide (environ 4 secondes) et son chargement à la demande des modules.
Ils ont notamment développé un système de media store où l'on peut trouver de nombreux modules, à la façon de la gestion des packages sous linux.
On pourrait assimiler cela à du shopping réalisé en fonction de ses besoins.
Il mise beaucoup sur cet update center.
Grâce à l'update center on peut gérer son propre référentiel, les dépendances, on peut aussi faire un script ou des batchs.

Alexis nous a fait une démonstration en temps réel de la puissance de ce Glassfish.
Pour être honnête, le temps de démarrage extrêmement court m'a impressionné. Ensuite, on modifie sa classe java et le serveur recompile en temps réel,
la session et le contexte sont conservés :-0. Même Spring est conservé.
C'est une performance remarquable, et pour nous autres développeurs, les temps de développement vont être raccourcis.

Glassfish permet aussi de développer du Groovy Grails, du JRuby on Rails, etc ...

Ensuite on a parlé de Glassfish V3 Prelude que l'on peut trouver via Glassfish update Center : l'intérêt de cette version est dans la mise en œuvre de OSGi R4 comme noyau de modularité.
On peut ainsi créer un serveur d'applications à tiroirs en intégrant les modules qui nous intéressent.
Par exemple, si vous ne faites pas d'EJB vous ne serez pas obligés d'embarquer dans votre serveur d'applications un container pour cette technologie.
Il y a donc une grande extensibilité puis il y a aussi une notion de profil.
Un profil qui intègre tout et un profil appelé web.
Ce serveur d'application est performant, sécurisé, gère le pooling et le clustering, possède une interface d'administration claire et sympathique.

Pour en savoir plus, je vous invite à parcourir le site d'Alexis :

http://blogs.sun.com/alexismp/
et https://glassfish.dev.java.net/

Merci à Pierre Yves pour les photos.

Jug_Nantes_salle2
Jug_Nantes_salle
Jug_Nantes_alexismp2
Jug_Nantes_alexismp

3 commentaires

  1. Difficile en effet de ne pas aimer Glassfish. La version 3 sera très intéressante pour le développement car plus besoin d’arrêter et de redémarrer Tomcat toutes les 5 minutes.

    J’ai déjà testé le clustering sous Glassfish V2 et je dois dire que je n’ai rien vu de comparable concernant la simplicité de mise en œuvre.

    A noter aussi que le benchmark SpecJ2004 a montré en moyenne que Glassfish est plus performant que WebSphere ou WebLogic (entre +10% et +30%)

    Enfin, pour info, la partie Web Services de WebLogic est basée sur le code de Glassfish depuis fin 2007.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.